Vérifiez le bon état de votre vélo (regonflez les pneus, nettoyez et graissez la chaine et le dérailleur, réglez les câbles de freins, remplacez les patins de freins s’ils sont usés, testez l’éclairage…). S’il n’a plus servi depuis longtemps, il n’est peut-être pas inutile de le faire réviser par un vélociste.

Osez prendre votre place dans le trafic : à 1 mètre de l’accotement ou des voitures en stationnement ; dans l’alignement de la roue droite du véhicule qui vous précède ; au milieu de la voie dans un giratoire. Pour en savoir plus, visionnez les capsules du Gracq

N’oubliez pas l’éclairage ! De la lampe dynamo aux phares à LED, de nombreuses options sont offertes. Généralement très bon marché. N’oubliez pas de coller des réflecteurs sur vos sacoches, votre sac à dos et vos pédales. Un catadioptre blanc à l’avant et rouge à l’arrière, des catadioptres jaunes ou orange aux pédales, deux catadioptres orange ou des bandes réfléchissantes sur les pneus sont par ailleurs obligatoires pour les vélos de ville.

Pour vous habillez, optez pour la technique de l’oignon pour toujours garder la bonne température corporelle : privilégiez plusieurs vêtements légers que vous pourrez enlever ou remettre en fonction de la température, du vent et des efforts fournis.

Choisissez l’itinéraire le plus adapté – si possible en dehors du trafic en privilégiant les voiries équipées d’aménagements cyclables, les routes peu fréquentées, les SUL (sens uniques limités), les RAVeLs, les quartiers résidentiels, les chemins de campagne… – et testez-le avant de vous engagez pour la première fois sur le chemin du travail.

Si vous n’êtes pas à l’aise dans le trafic urbain, il existe des formations pour vous apprendre à vous positionner correctement dans le trafic, à aborder un rond-point… Pro Velo assure ces formations en entreprise (parlez-en à votre responsable mobilité).

Attachez toujours votre vélo avec un bon cadenas (en U ou pliable de la marque Abus) à un support fixe si possible situé dans un endroit de passage. Vous veillerez à attacher à la fois le cadre et la roue avant au support.

Si vous avez du matériel à transporter, répartissez-en la charge. Panier à l’avant, sacoches de vélo, sac à dos vous permettent de ne pas concentrer tout le poids en un seul point.

Vous avez peur de crever, de ne pas être capable de résoudre un problème mécanique et de ne pas pouvoir atteindre votre lieu de travail ou votre domicile ? Certaines compagnies proposent désormais une assistance vélo valable en cas de crevaison, de problème mécanique, de vandalisme ou d’accident. Renseignez-vous !

Demandez à un collègue cycliste de vous accompagner sur le trajet pour bénéficier de son expertise et de ses conseils.

Soyez visible : portez des vêtements clairs ou de couleurs vives. Endossez par-dessus votre veste, votre chasuble fluo réfléchissante. Des brassards et des bandes réfléchissantes peuvent également garnir vos chaussures, pantalon, sac à dos …

Portez un casque. Il n’est pas obligatoire en Belgique, mais vivement conseillé.

Pensez à la météo ! Vérifiez la température avant de partir afin d’adapter votre équipement pour pouvoir rouler sans avoir trop chaud ou trop froid. Ayez toujours avec vous un pantalon et un manteau de pluie. En consultant des sites comme buienradar.be  ou l’application smartphone de l’IRM, vous pouvez avancer ou postposer votre départ en fonction des averses annoncées.

Prévoyez sur votre lieu de travail un essuie et une petite trousse de toilette pour vous rafraichir en arrivant si nécessaire. Il n’est pas inutile non plus d’avoir dans son bureau ou son casier une tenue de rechange en cas de fortes pluies.