Le vélo, c’est rapide

Sur de courtes distances, surtout en agglomération ou aux abords de zones d’activités très fréquentées, le vélo est le mode de transport le plus rapide aux heures de pointe. Il se faufile partout, se moque des embouteillages et vous permet d’arriver à l’heure ! 11 km/h : c’est la vitesse moyenne d’une voiture en ville, aujourd’hui, en heure de pointe. Sans entraînement, le cycliste roule entre 10 et 15 km/h.

C’est bon pour la santé

Se déplacer en vélo permet de faire du sport tous les jours. Or, une activité sportive régulière renforce la santé, favorise le bien-être psychologique, atténue le stress et combiné à une alimentation équilibrée, agit favorablement sur le poids.

C’est bon pour les performances

Des études ont démontré qu’un cycliste régulier est moins souvent malade, moins stressé et en général plus productif que ses collègues automobilistes.

  • 3 kilomètres à vélo, 3 jours par semaine, permettent de réduire le taux d’absentéisme d’un jour par an, en moyenne, par employé.
  • En effectuant 4 kilomètres à vélo chaque soir et chaque matin, le travailleur améliore son humeur et augmente son espérance de vie de deux ans et demi.

Ça se combine

Avec le train, le bus ou le métro pour couvrir des distances plus longues et devenir une alternative efficace à la voiture.

C’est bon pour l’environnement

Le vélo est silencieux. Il ne rejette pas de gaz à effet de serre, ni de polluants toxiques. Ne nécessitant pas d’infrastructures de grande envergure, il ne dénature pas le cadre de vie.

C’est pas cher

 Pas de plein à faire, pas de taxes ni d’assurances à payer ; des parkings gratuits la plupart du temps ; un prix d’achat, des entretiens et des réparations sans commune mesure avec la voiture. Frais d’amortissement, d’entretiens et d’équipement compris, un vélo vous coûte moins de 250 € par an.

C’est moins de stress

Puisqu’on passe partout avec le vélo et qu’il n’y a pas de problèmes d’embouteillages, on sait toujours exactement quand on arrive au boulot. Pas de stress non plus pour trouver à se garer. En outre, en pédalant, en prenant l’air, on se détend, comme quand on fait du sport ; on élimine son agressivité. Le vélo c’est une bouffée d’oxygène avant ou après une journée de travail.

C’est quand je veux

Choisir le vélo, c’est opter pour l’autonomie. Vous partez quand vous voulez, sans dépendre de qui que ce soit ; sans devoir vous calquer sur les horaires des uns et des autres.